Alcoolémie et jeune conducteur : que prévoit la loi ?
Alcoolémie et jeune conducteur : que prévoit la loi ?

Alcoolémie et jeune conducteur : que prévoit la loi ?

Qu’est-ce qu’un jeune conducteur ?

Le jeune conducteur est le conducteur qui détient son permis de conduire depuis moins de trois ans, ou depuis moins de deux ans s’il a effectué la conduite accompagnée.


Alcoolémie et conduite : le principe

Pour un conducteur lambda, il est aujourd’hui interdit de conduire avec plus de 0.5 gramme d’alcool par litre de sang (soit 0.25 milligramme d’alcool par litre d’air expiré). En effet, si le taux d’alcoolémie est supérieur à 0.5 gramme d’alcool par litre de sang, le conducteur risque des sanctions.

En fonction du taux, il pourra se voir appliquer un retrait de 6 points sur le permis de conduire. Peuvent s’ajouter une amende allant jusqu’à 4500 euros et même une suspension ou une annulation de permis.

Le jeune conducteur quant à lui dispose d’un traitement particulier dans le code de la route en ce qui concerne l’alcool. En effet, il n’est autorisé à conduire qu’en dessous d’un seuil plus bas encore.


Les jeunes et l’alcool : un taux réduit

Les 18-24 ans représentent plus du quart des morts causées par l’alcool au volant. Il s’agit donc d’une catégorie de conducteurs à sensibiliser plus particulièrement sur le sujet. Ce qui explique l’annonce du Ministre de l’Intérieur en janvier 2015. Elle prévoyait une baisse du taux d’alcoolémie autorisé pour les jeunes conducteurs.

Le taux passe donc de 0.5 gramme d’alcool par litre de sang à 0.2 gramme d’alcool par litre de sang. Ce nouveau taux imposé en 2015 correspond à moins d’un verre d’alcool. Il fait suite à la hausse en 2014 de la mortalité routière, pour la première fois depuis 12 ans de baisse consécutive.