visu page news octobre

Le Ministère de la Santé lance cette année une action en faveur de l’arrêt du tabac : Le moi(s) sans tabac. Inspirée d'une opération testée en Grande-Bretagne, cette initiative est l’occasion de créer une dynamique de groupe pour arrêter de fumer pendant un mois entier, au moins ! Le principe est convivial, la cause l’est autrement moins puisque le tabac représente aujourd’hui une cause de mortalité élevée, le tabac serait en effet responsable de 73 000 décès par an. L’occasion de faire le point sur cette opération mais aussi sur tout ce qui existe aujourd’hui pour venir en aide aux fumeurs désireux d’en finir avec la cigarette !

L’arrêt du tabac en question

Quand l’état se fait sponsor de l’arrêt du tabac : « Moi(s) sans tabac. En novembre, on arrête ensemble »


Dans quelques jours, plus de 80 000 personnes (en date du 27 octobre) relèveront le défi de ne pas fumer pendant un mois entier à compter du 1er novembre. Ce défi national est lancé par le Ministère de la Santé au travers de l’opération « Moi(s) sans tabac. En novembre, on arrête ensemble. ».

Reprenant une initiative britannique de 2012 « Stoptober », le gouvernement, au travers de Tabac Info Service, propose aux français d’unir leurs forces et leur motivation pour tenir un mois entier sans toucher une cigarette. Cette durée de 30 jours n’a pas été choisie au hasard puisque ne pas fumer pendant 30 jours, c’est multiplier par 5 les chances d’arrêter définitivement la cigarette.

Pour aider le fumeur dans son entreprise, l’opération met à sa disposition plusieurs outils. Des kits d’arrêt gratuits sont distribués en pharmacie, il est également possible de le commander sur le site Internet dédié à l’opération. Ce kit contient un livret d’information, un agenda de 30 jours pour arrêter de fumer, des conseils nutritions, une roue permettant de calculer les économies, entre autres choses. Des évènements sont également organisés dans toute la France et sur toute la durée de l’opération : consultations, défis collectifs dans les lieux publics et dans certaines entreprises partenaires. Un camion jaune « Moi(s) sans tabac » arpentera à ce titre les routes de France.

Les personnes motivées par le challenge trouveront donc une communauté sur les réseaux sociaux avec le #moissanstabac et le site internet de l’opération. Elles pourront également télécharger divers éléments pour habiller leur bureau avec un agenda mural ou bien encore un fonds d’écran.

Petite originalité : le site s’adresse aussi à tous ceux qui souhaiteraient soutenir leur proche dans cette entreprise en leur permettant de télécharger des petits messages de soutien sous la forme d’affiche, de visuel de couverture Facebook....

Cette opération ne devrait pas avoir de mal à trouver son public puisqu’en 2014, 60% des fumeurs déclaraient vouloir arrêter de fumer (Baromètre Santé 2014 – Santé Publique France).

Un soutien de plus dans l’arrêt du tabac

Cette opération Moi(s) sans tabac s’explique par la volonté des autorités publiques d’enrayer le fléau du tabagisme puisque la cigarette est, en France, à l’origine d’environ 73 000 décès par an.

Sachant que la France compte plus d’un tiers de fumeurs parmi les plus de 15 ans. De nombreuses solutions sont aujourd’hui proposées tout au long de l’année aux fumeurs pour les aider, les soutenir dans leur entreprise d’arrêter de fumer. Tabac Info service, une assistance téléphonique et son application mobile sont ainsi disponibles pour écouter, orienter les personnes qui pourraient avoir besoin d’un peu de soutien.

Outre le psychologique, les industries pharmaceutiques ont développé et mis à disposition de nombreux traitement pour accompagner les fumeurs dans leur souhait d’arrêter la cigarette et de se sevrer de la cigarette et de la nicotine qu’elle contient.

A ce titre, on notera les biens connus substituts nicotiniques tels que les patchs et les gommes à mâcher, comprimés, pastilles ou bien encore inhaleur. Médecins et pharmaciens pourront vous orienter vers la solution et le dosage les plus adaptés à votre consommation.

Il est aujourd’hui également possible de se faire aider dans l’arrêt du tabac par des médecines moins traditionnelles telles que l’hypnose, l’acupuncture, l’homéopathie, la phytothérapie, l’aromathérapie et de nombreuses autres...

Plusieurs solutions sont mises à disposition des fumeurs qui souhaitent arrêter, mais ces dernières sont parfois couteuses. C’est pourquoi à certaines conditions, les frais liés au sevrage tabagique peuvent être pris en charge par l’assurance maladie et également par votre mutuelle en fonction des garanties souscrites.

Quelle prise en charge pour le sevrage tabagique ?

Les conditions de prise en charge par la sécurité sociale

Dans toutes ces solutions mises à la disposition du fumeur, certaines sont gratuites comme l’écoute et l’échange avec des tabacologues au travers du service Tabac Info Service mais d’autres ont un coût certain. C’est pourquoi depuis plusieurs années, la sécurité sociale prend en charge sur prescription médicale une part des substituts tels que les patchs, inhaleur ou autre gomme à mâcher.

Cette prise en charge est aujourd’hui limitée à 50 euros par an et par personne, sur ordonnance, et jusqu’à 150 euros pour les jeunes de 20 à 30 ans, les femmes enceintes, les bénéficiaires de la couverture maladie universelle complémentaire ou bien encore les malades en affection longue durée du cancer.

La prise en charge ne se fera donc que sur ordonnance contenant uniquement le traitement concernant le sevrage tabagique. Le tiers payant ne s’appliquera pas pour ce type de traitement.

Concernant les médecines naturelles ou douces qui pourraient être envisagées, elles ne seront pas toutes prises en charge. L’acupuncture et l’homéopathie pourront être remboursées dans la même limite si elles sont pratiquées par des médecins conventionnés, c’est-à-dire adhérant à la convention de la sécurité sociale visant à fixer les tarifs des actes médicaux.

Arrêt du tabac : et la mutuelle dans tout ça ?

De plus en plus de mutuelles santé proposent elles aussi de rembourser une partie des soins liés au sevrage tabagique. La prise en charge dépend bien évidemment des garanties que vous aurez souscrites au moment de la signature de votre contrat. Les offres d’assurance santé d’AssurOnline proposent un forfait annuel de remboursement pour le sevrage tabagique. Ainsi, en fonction de la formule choisie, vous pourrez bénéficier d’un montant annuel de remboursement allant de 30 à 150 euros, sur prescriptions médicales également, en fonction du niveau de protection choisi. Vous pourrez ainsi arrêter de fumer en toute sérénité et avec tout le soutien nécessaire. Pour connaitre les tarifs proposés pour l’assurance santé, réalisez un devis.

Actualités

Une nouvelle campagne de la sécurité routière : la slow conduite à l’honneur

publié le 2018-10-15

La Sécurité Routière lance une nouvelle campagne de communication pour lutter contre les différentes tensions au volant. Le message est porté par...

Lire l'article

Le fichier des véhicules assurés à la rescousse des forces de l’ordre

publié le 2018-10-08

La conduite sans assurance sera très bientôt encore plus risquée qu’elle ne l’est déjà. En effet, un fichier centralisant tous les véhicules...

Lire l'article

Toutes les Actualités