De plus en plus d’engins motorisés ont fait leur apparition sur les pistes cyclables, les trottoirs ou encore sur la route. Sont-ils autorisés à circuler comme ils le souhaitent ? Il est important de rappeler qu’il y a une bonne conduite à adopter concernant les EDP et qu’ils ne sont pas à exempts danger.

Trois catégories d’Engin de Déplacement Personnel

Il existe plusieurs types d’EDP : les engins non motorisés, propulsés uniquement par la force musculaire (trottinette, roller, skateboard). Avec le développement de la mini motorisation, on retrouve désormais les engins motorisés comme la trottinette électrique, l’hoverboard (planche à deux roues munies d'une propulsion électrique) et la gyroroue (roue électrique autostabilisée sans guidon avec deux repose-pieds). Il existe aussi un mixte entre ces deux catégories : une propulsion humaine avec assistance mécanique présente dans la trottinette et le vélo avec assistance électrique.

L’assurance : indispensable en cas de dommages

Il est important de souscrire à une assurance spécifique en fonction de la catégorie de son EDP. Pour les engins non motorisés et mixtes il faudra se tourner vers l’assurance responsabilité civile vie privée. Concernant les EDP motorisés il faut obligatoirement choisir l’assurance responsabilité civile automobile. Dans les deux cas, elles permettront de prendre en charge les dommages causés à un tiers.

Les règles de bonne conduite

Si vous possédez un engin motorisé, il est désormais interdit de rouler sur les trottoirs. Préférez plutôt les pistes cyclables jusqu’à 25 km/h, au-delà de cette vitesse il faudra se mettre sur la chaussée. Pour rouler en toute sécurité, il est nécessaire de porter un casque, des gants et un gilet de haute visibilité. Le mieux est également de mettre des vêtements qui couvrent en cas de chute, et d’apposer des éléments rétro réfléchissants sur soi et sur l’engin.

La bonne conduite à adopter c’est aussi respecter les autres usagers dans l’espace public.